Les confessions explosives d'un haut dirigeant de la SPL sur les transferts chocs de Cristiano Ronaldo, Neymar et Jota

#Transferts #ArabieSaoudite #Développement

L'Arabie saoudite attire les stars du football

Certains pensaient que l'arrivée de Cristiano Ronaldo en Arabie saoudite était un coup d'éclat isolé, mais le championnat saoudien a réussi à attirer d'autres stars. Neymar, Roberto Firmino, Riyad Mahrez, N'Golo Kanté, Karim Benzema, Kalidou Koulibaly, Sergej Milinkovic-Savic, Allan Saint-Maximin et Ruben Neves ont tous rejoint les équipes saoudiennes cet été. Ces transferts impressionnants, totalisant près de 950 millions d'euros, témoignent de la volonté de l'Arabie saoudite de briller sur la scène internationale du sport.

Des transferts financés par l'État saoudien

Selon le vice-président de la Saudi Pro League, Saad Allazeez, ces mouvements ne sont qu'une partie de la révolution actuelle dans le sport en Arabie saoudite. Il explique que les programmes visionnaires lancés par le prince héritier Mohammed ben Salmane ont contribué au développement du football dans le pays. Allazeez souligne également l'importance du développement des clubs pour assurer le succès de la ligue. Il révèle que les clubs Al-Nassr et Al-Hilal n'ont pas payé de frais de transfert pour Cristiano Ronaldo et Neymar, ces dépenses ayant été supportées par le programme de recrutement de l'État saoudien.

L'ambition saoudienne ne connaît pas de limites

L'Arabie saoudite compte bien continuer à faire des vagues dans le football. Allazeez annonce que le développement de la Saudi Pro League ne se limite pas à la première division, mais s'étend également aux divisions inférieures. L'objectif est de développer tous les clubs du pays. Si certains transferts ont été financés par le programme de recrutement, d'autres joueurs, comme Yassine Bounou et Aymeric Laporte, ont été achetés en dehors de ce programme, impliquant des dépenses pour les clubs phares de la ligue.

Des licenciements coûteux

En plus des transferts de joueurs, certains licenciements ont également pesé lourd sur les finances des clubs saoudiens. Le départ de l'entraîneur Nuno Espirito Santo a entraîné le paiement de 97 millions d'euros en indemnités par Al-Ittihad. Le club avait également dû débourser 30 millions d'euros pour le transfert de Jota, l'ailier provenant du Celtic. Malgré ces dépenses, Allazeez affirme que Jota reste un joueur talentueux et qu'il a encore beaucoup à offrir à l'équipe.

Les ambitions saoudiennes dans le football

Football #Transferts #ArabieSaoudite #Développement

Recommandée