il y a 4 mois

À la raffinerie TotalÉnergies de Feyzin, les grévistes veulent leur part des superprofits

LeHuffPost
LeHuffPost
Pas question de céder aux pressions au gouvernement pour mettre fin aux pénuries de carburant dans les stations-service. Ce mardi 11 octobre, la CGT et FO ont décidé de reconduire la grève dans plusieurs raffineries Esso-ExxonMobil et TotalEnergies en France, malgré l’aggravation de la situation à la pompe et la décision d’Élisabeth Borne de demander la réquisition des salariés dans les dépôts Esso.
Chez TotalEnergies, la CGT demande 10 % d’augmentation sur les salaires pour 2022, le géant de l’énergie ayant engrangé 10,6 milliards de dollars de bénéfices au premier semestre 2022, contre les 3,5 % négociés en début d’année.
Les salariés de l’entreprise française rencontrés par Le HuffPost à la raffinerie Total de Feyzin, ce mardi matin, comptent bien utiliser cette grève pour obtenir aussi leur « part » de ces superprofits. « Avec les milliards et milliards de bénéfices qu’on leur fait gagner, on n’est pas pris en compte », regrette David Martins-Filipe, opérateur à la raffinerie et élu CGT. « En tant que salarié, en tant qu’ouvrier, ils nous doivent notre dû », ajoute à notre micron son collègue Olivier, agent de sécurité incendie.

Vidéos à découvrir

Vidéos à découvrir