il y a 3 mois

Laurent Jacobelli (RN): «LFI veut faire de l’Assemblée une caisse de résonance à ses délires»

Lopinion.fr
Lopinion.fr
Yaël Braun-Pivet a été élue présidente de l’Assemblée nationale, une première pour une femme. « C’est une bonne nouvelle, commente Laurent Jacobelli, député RN de Moselle. C’est un symbole pour toutes les jeunes filles et les femmes de France qui savent aujourd’hui que l’égalité hommes-femmes n’est pas théorique mais pratique. Il reste encore des efforts à faire mais ça va dans le bon sens et je le dis avec d’autant plus de facilité que j’ai moi-même milité pour qu’une femme soit Présidente, Marine Le Pen. Mais nous ne la jugerons ni sur son sexe, ni sur son genre mais sur ses capacités. »

Au deuxième tour de cette élection, le RN a retiré la candidature de Sébastien Chenu, ce qui a permis à la candidate de la majorité d’être élue plus rapidement. Pourquoi ce retrait ? « Nous avions dit dès le début que nous allions jouer le jeu des institutions, pas de blocage. Il était clair après le premier tour que Yaël Braun-Pivet allait l’emporter (…). L’idée est de fluidifier cette institution, c’est ce que nous avons contribué à faire. »

Le député LFI Adrien Quatennens tweete pourtant que « Le Pen est toujours au rendez-vous pour aider Macron». « Il ne comprend pas le fonctionnement de l’Assemblée, répond Laurent Jacobelli. Il n’y avait absolument pas de signification politique à ce retrait, c’était purement pratique. M. Quatennens doit arrêter de chercher des noises à tout le monde : si nous nous étions maintenus, Yaël Braun-Pivet aurait été présidente deux heures après. C’est du cirque. Mais on a bien compris que LFI voulait faire de l’Assemblée une caisse de résonance à ses délires. »

Quant à l’idée de constitutionnaliser le droit à l’IVG, Laurent Jacobelli : « Ce qui nous met mal à l’aise, c’est l’utilisation des questions américaines sur le territoire français (…). Nous ne sommes pas les Etats-Unis. En France, aucun parti ne souhaite la fin du droit à l’avortement pour les femmes. Cette idée de constitutionnaliser le droit à l’IVG, c’est du marketing pour se faire mousser. »