il y a 3 mois

Coronavirus - Les variants BA.4 et BA.5 continuent de gagner du terrain en France et l'hypothèse d'une 4e dose pour tous fait de plus en plus son chemin

Jeanmarcmorandini.com
Jeanmarcmorandini.com
Les variants BA.4 et BA.5, nouveaux sous-lignages d'Omicron, continuent en effet de galoper en France. Les hausses des contaminations et des admissions à l'hôpital font aussi poindre la menace d'une septième vague sur l'hexagone. Les sous-variants BA.4 et BA.5 d’Omicron sont capables d’échapper de façon notable aux anticorps produits après vaccination ou après infection naturelle, selon une étude publiée le 22 juin 2022 dans The New England Journal of Medicine (NEJM). Il en est de même pour un autre sous-variant d’Omicron, BA.2.12.1, qui représente actuellement la souche de SARS-CoV-2 dominante aux États-Unis.
À l’heure actuelle, tous les Français ne sont pas concernés par une 4e dose de vaccin. Seules les personnes âgées de plus 60 ans ou immunodéprimées peuvent en bénéficier. Depuis le 14 mars, les résidents d'Ehpad ou en USLD (Unité de soins de longue durée) sont aussi concernés.

Alain Fischer, président du conseil d'orientation de la stratégie vaccinale, affirme dans une interview au JDD que les personnes de plus de 60 ans et les publics vulnérables doivent se faire administrer sans attendre leur deuxième rappel (4e dose) pour faire face à la septième vague de l'épidémie de Covid-19.

Dans le JDD, Alain Fischer alerte sur le fait que "malgré l’effet cumulatif des injections et des infections, le niveau de protection n’est plus optimal" pour ces publics. "Par ailleurs", affirme l'immunologue, "les vaccins restent sûrs. Il n’y a pas plus d’effets secondaires lors d’une quatrième dose".

Au total, selon lui, 8,5 millions de Français sont actuellement éligibles à la 4e dose et ne l'ont pas encore reçue. Ils doivent, dit-il, se rendent "chez leur pharmacie ou chez leur généraliste" pour faire leur rappel.
La ministre de la Santé Brigitte Bourguignon en a appelé jeudi 23 juin, après sa deuxième dose de rappel, à l'intensification de la campagne vaccinale et à la "responsabilité citoyenne", excluant "pour l'instant" des mesures contraignantes.

Selon une première modélisation, la vaccination contre le Covid-19 a permis d'éviter 19,8 millions de morts sur un potentiel de 31,4 millions au cours de la première année suivant l'introduction des vaccins en décembre 2021.

Vidéos à découvrir

Vidéos à découvrir