Recherche
Bibliothèque
Se connecter
Regarder en plein écran
le mois dernier

"Bien sûr, cela pourrait arriver": Véran ne fermera pas la porte au retour au masque si une nouvelle

Allo Trends & Fun
Allo Trends & Fun
Invité de BFMTV-RMC jeudi, le ministre de la Santé a assuré que l'épidémie était "sous contrôle", tout en évoquant une éventuelle nouvelle variante d'Omicron.
#Bien #sûr #çapeut #arriver
Invité de BFMTV-RMC jeudi, le ministre de la Santé a assuré que l'épidémie était "sous contrôle", tout en évoquant une éventuelle nouvelle variante d'Omicron.

Mercredi, le gouvernement a annoncé qu'il cesserait de porter le masque obligatoire dans les transports à partir du 16 mai, marquant la levée d'une des dernières mesures pour empêcher la propagation du virus en France. Invité de BFMTV-RMC jeudi, le ministre de la Santé Olivier Véran a justifié la démarche alors que 40 000 nouveaux cas sont détectés chaque jour.

"La situation est sous contrôle. Nous connaissons les risques, nous sommes collectivement protégés de cette vague de variantes d'Omicron, et nous faisons face à des dommages sanitaires minimes", a-t-il assuré. "Nous appliquons le freinage là où c'est nécessaire et augmentons progressivement le freinage au fur et à mesure que la pollution diminue."

S'il est clair que les masques restent "recommandés", "pour tous ceux qui se sentent menacés par le virus".

"La protection collective continuera d'être forte"

Olivier Véran a également évoqué la situation en Afrique du Sud, touchée par les variantes BA.4 et BA.5 des cousins ​​d'Omicron. L'évolution de l'épidémie y est suivie de près par la communauté internationale, d'autant que c'est dans cette région qu'est apparu pour la première fois le variant Omicron.

"Il n'y a pas de caractéristiques inquiétantes. Il n'est pas impossible qu'il atteigne l'Europe cet été, et nous pourrions avoir une nouvelle vague. Cela pourrait arriver, et il faudrait alors le reconsidérer. Fragile", a-t-il souligné.

Alors ce jeudi, Olivier Véran n'a pas fermé la porte au retour des masques en cas de nouvelle vague d'épidémies.

"Bien sûr que c'est possible, je ne veux évidemment pas, mais en écoutant les experts, il y aura d'autres variantes, les cousins ​​d'Omic, ce qui signifie que notre collectif de conservation restera fort", a-t-il déclaré.

Vidéos à découvrir

Vidéos à découvrir