Recherche
Bibliothèque
Se connecter
Regarder en plein écran
il y a 5 mois

Sur les sondages de la présidentielle, 4 choses à vérifier pour ne pas se faire piéger

LeHuffPost
LeHuffPost
Plus le jour J se rapproche, plus ils se multiplient. À moins d’un mois du premier tour de l’élection présidentielle, plus de 4 sondages d’intentions de vote sont publiés chaque jour. Objectif: observer la tendance des candidats  pour tenter d’analyser au mieux les chances de chacun avant le scrutin.

Les enquêtes d’opinion sont pratiques et utiles, mais elles peuvent aussi être mal comprises, voire mal réalisées. Pour tenter de s’y retrouver dans la jungle des sondages, Le HuffPost a interrogé Matthieu Gallard, directeur de recherche chez Ipsos, et Jean Chiche, docteur en statistiques mathématiques.

De ces entretiens émergent 4 points essentiels à vérifier pour s’assurer que la réponse donnée à un sondage représente réellement l’avis des Français sur la question

Derrière ces principes de base se posent des questions plus complexes. Souvent, la marge d’erreur est donnée par les instituts par rapport à l’échantillon de Français interrogé à la base. Mais si vous voulez connaître les intentions de vote des 20-30 ans qui représentent 11% de la population, cela veut dire que seulement 11% de votre échantillon est utilisé.

Il n’est donc plus de 1000 personnes, mais de 110 personnes… et la marge d’erreur peut alors atteindre 10%. “Pour analyser un sous-groupe, il faut un échantillon plus important à la base”, rappelle Mathieu Gallard.

Surtout, le vrai problème de l’échantillon aujourd’hui, c’est de savoir à quel point il est représentatif. “Dans l’absolu, il faut privilégier un sondage aléatoire, mais aujourd’hui, la majorité est réalisée en ligne avec un panel”, rappelle Jean Chiche. Un panel, c’est un ensemble d’individus qui ont accepté d’être contactés par un institut pour répondre périodiquement à diverses questions.

“Quand cette base est qualifiée, qu’elle correspond bien à ce qu’on cherche à mesurer, il n’y a pas de problème. Mais tous les panels ne se valent pas et cela peut créer des biais”, met en garde Jean Chiche. Mais cet élément est bien difficile à vérifier, car le détail de ces panels est rarement public.

Vidéos à découvrir

Vidéos à découvrir