Recherche
Bibliothèque
Se connecter
Regarder en plein écran
il y a 4 mois

Les auteurs de bandes dessinées seront payés pour les autographes pendant la période des fêtes

BuzzBuzzNews
BuzzBuzzNews
Ça commence à Angoulême : Le ministère de la Culture a annoncé que les auteurs de BD, souvent en état d'extrême précarité, seront rémunérés lorsqu'ils signeront leurs albums dans les festivals
#Lesauteurs #BDvont #êtrepayés
Ça commence à Angoulême : Le ministère de la Culture a annoncé que les auteurs de BD, souvent en état d'extrême précarité, seront rémunérés lorsqu'ils signeront leurs albums dans les festivals

Les auteurs de bandes dessinées pensent qu'ils devraient être payés pour les dédicaces. Le ministère de la Culture a annoncé vendredi 11 mars, juste avant le festival d'Angoulême, qu'il en sera ainsi pendant le festival.

Dans un communiqué, le ministère indique avoir signé "une convention de rémunération des auteurs et auteurs de bande dessinée pour leurs contributions lors des festivals" avec le Centre national du livre (CNL), le Alliance nationale de l'édition (SNE), les éditeurs syndicaux alternatifs (SEA), la Société française d'intérêt pour les écrivains (Sofia) et les Festivals des dix arts.

Le Festival international de la bande dessinée d'Angoulême, qui a ouvert ses portes au public jeudi, lorgne sur l'édition à partir de 2022, et l'accord, d'une durée de trois ans, prévoit un "paiement unique" basé sur une méthode non encore divulguée. .

De nombreux auteurs sont dans une extrême instabilité

Le problème divise l'industrie de la bande dessinée en écrivains qui pensent que le travail mérite d'être payé, en éditeurs sceptiques et en festivals de cinéma qui prétendent avoir des budgets très serrés. Il y a eu des initiatives individuelles allant dans ce sens, comme le festival SoBD ou celui de l'éditeur Auzou.

La bande dessinée est le segment du marché du livre qui connaît la croissance la plus rapide. Mais sa prospérité profita à quelques auteurs et en laissa beaucoup dans une grande précarité. Jusqu'à présent, lors de la Comic Manor Convention 2016, les derniers chiffres précis montrent que 36% des auteurs vivent en dessous du seuil de pauvreté et 53% gagnent moins que le Smic.

Vidéos à découvrir

Vidéos à découvrir