Recherche
Bibliothèque
Se connecter
Regarder en plein écran
il y a 4 mois

Cédric Jubillar incarcéré : quand saura-t-il si sa demande de liberté sera...

Allo Trends & Fun
Allo Trends & Fun
Cédric Jubillar incarcéré : quand saura-t-il si sa demande de liberté sera...
Ce mardi 11 janvier, la Cour d’appel de Toulouse a examiné la troisième demande de libération de Cédric Jubillar. Une requête déposée par ses avocats le 4 janvier dernier. Pourtant, d'après les informations dévoilées par La Dépêche, la Justice n’a pour l'instant pas penché en faveur de l’artisan-plaquiste de 34 ans - accusé du meurtre de sa femme, Delphine Jubillar - puisque le procureur a indiqué vouloir maintenir le père de famille en détention.Face aux différentes charges qui pèsent sur l’affaire, la demande a été mise en délibéré jusqu'au 14 janvier prochain, date à laquelle la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Toulouse rendra son verdict. Incarcéré à la maison d’arrêt de Seysses, située en Haute Garonne, Cédric Jubillar continue de clamer son innocence. Pourtant, d’après le témoignage accablant d’un ancien voisin de cellule, le père de famille ne risque pas d’obtenir gain de cause…Dans un article publié par le Parisien, le 10 janvier dernier, on apprend qu’un prénommé Marco a été également incarcéré à la maison d’arrêt de Seysses. Placé dans la cellule voisine à celle de Cédric Jubillar, l’ancien détenu a partagé avoir reçu plusieurs confessions de la part du conjoint de Delphine Jubillar pouvant prouver son implication dans l’affaire. “Il aurait d’abord vu un message de l’amant de sa femme avec qui elle textotait. Il a pris son téléphone des mains et a vu les messages. C’est ça qui l’a fait vriller", s’est d’abord souvenu Marco, avant de révéler : “Il m’a expliqué avoir suivi sa femme en la géolocalisant, avoir tenté de pirater son téléphone sans succès. Il savait ce qui allait se passer. Il attendait le moment propice pour s’en débarrasser.”À cela, l’ancien codétenu a partagé aux enquêteurs que Cédric Jubillar lui aurait également indiqué avoir enterré le corps de Delphine "dans un endroit qui a déjà brûlé". Une piste qui a fait mouche auprès des forces de police qui se sont alors mis en quête d’une ferme où un incendie est survenu en avril dernier. Une zone qui, toujours selon le Parisien, "a fait l’objet d’une inspection ces dernières semaines" et qui est encore sujette à des fouilles supplémentaires dans les semaines à venir…

Vidéos à découvrir

Vidéos à découvrir