Recherche
Bibliothèque
Se connecter
Regarder en plein écran
il y a 2 mois

Marc-Olivier Fogiel : cet énorme contrat qu'il a refusé quand il était animateur

Allo Trends & Fun
Allo Trends & Fun
Marc-Olivier Fogiel : cet énorme contrat qu'il a refusé quand il était animateur
Après plus de 20 ans au poste d'animateur, Marc-Olivier Fogiel a décidé de franchir une étape dans sa carrière. Le journaliste, célèbre pour avoir été aux commandes du mythique talk-show On ne peut pas plaire à tout le monde sur France 3, a été intronisé directeur général de BFMTV à la rentrée 2019. Ses premiers mois ont été pour le moins mouvementés, surtout avec la montée en puissance de la chaîne concurrente CNews.Il a d'abord dû procéder à un grand "mercato" pour restructurer la chaîne, quitte à faire quelques concessions comme lors de son recrutement d'Yves Calvi. Un mercato qui a également créé des problèmes en interne : le remplacement de Jean-Jacques Bourdin par Apolline de Malherbe a été à l'origine de grosses tensions entre deux des stars de la chaîne, à tel point que Marc-Olivier Fogiel a été obligé de hausser le ton. Pourtant, il aurait bien pu ne jamais connaître toutes ces péripéties.Invité de l'émission Buzz TV jeudi 25 décembre, le directeur de BFMTV a en effet révélé que sa carrière aurait pu prendre une direction toute différente en 2008, lorsqu'il a fait son arrivée sur Europe 1 : "Quand j'ai fermé ma boîte pour aller sur Europe 1, j'ai renoncé à un contrat de 30 millions d'euros pour l'année suivante. Ce n'était pas du bénéfice mais un chiffre d'affaires avec plusieurs salariés", raconte-t-il.Mais Marc-Olivier Fogiel souhaite faire comprendre qu'il n'a pas pris toutes ses décisions par rapport à l'aspect financier, y compris la dernière : "On gagne mieux sa vie en étant animateur que directeur de chaîne. Largement. C'est un autre métier. (...) Je gagnais mieux ma vie en étant animateur-producteur. À la radio, je gagnais beaucoup moins ma vie mais ça m'intéressait quand même. Aujourd'hui, je gagne moins bien ma vie mais je reste un privilégié. J'ai eu de la chance de gagner beaucoup d'argent en faisant de la télévision mais ce n'était pas mon moteur", explique-t-il. Son parcours aurait-il pu être différent au point de ne jamais se retrouver aux commandes de BFMTV ?

Vidéos à découvrir

Vidéos à découvrir