Recherche
Bibliothèque
Se connecter
Regarder en plein écran
il y a 2 mois

Joe Biden dans une zone de turbulences

Lopinion.fr
Lopinion.fr
Mauvaise passe pour Joe Biden. Elu sur un ambitieux programme clairement orienté à gauche, le président américain est à la peine: « Il a du mal à le mettre en œuvre parce que sa majorité au Congrès est extrêmement fragile, explique Didier Combeau, politologue spécialiste des Etats-Unis. On a 220 représentants démocrates à la Chambre des représentants pour 212 républicains. C’est à peine plus ! Et c’est encore pire au Sénat puisqu’il y a 50 sénateurs démocrates et 50 sénateurs républicains. Et même si la voix de la vice-présidente Kamala Harris est prépondérante en cas d’égalité, c’est très difficile.[px_nbsp:nbsp]»

Pour ne rien arranger, le 46e président des Etats-Unis doit composer avec certains choix effectués par son prédécesseur, Donald Trump, qui ne facilitent pas franchement le déploiement de sa politique qu’il souhaite progressiste. «[px_nbsp:nbsp]La Cour suprême, ajoute Didier Combeau, depuis la nomination de trois juges conservateurs par Donald Trump, est très conservatrice sur des sujets comme le droit à l’avortement ou sur le port d’armes. Les positions de gauche sont très difficiles à tenir car la Cour suprême risque de rendre des arrêts très conservateurs.[px_nbsp:nbsp]»

C’est dans cette configuration pour le moins inconfortable que Joe Biden se bat contre vents et marées pour faire adopter par le Congrès son plan gigantesque de 4 500 milliards de dollars d’investissement dans les infrastructures et le social. Sans succès jusqu’ici. 

Si Joe Biden semble patiner en matière de politique intérieure, il peine également à convaincre ses partenaires internationaux. Le retrait dans la douleur des troupes américaines d’Afghanistan et le retour au pouvoir des talibans dans le pays n’ont pas manqué d’écorner l’image des Etats-Unis. Et tandis que l’occident, et en particulier Paris, s’attendait à un rapprochement transatlantique après quatre années de trumpisme, la récente affaire des sous-marins russes a prouvé que l’actuel résident de la Maison Blanche pouvait se montrer pour le moins brutal. 
Plus sur

Vidéos à découvrir

Vidéos à découvrir