Recherche
Bibliothèque
Se connecter
Regarder en plein écran
le mois dernier

Anne Hidalgo, candidate à la présidentielle : une maire de Paris peut-elle séduire le reste de la France ?

Le Parisien
Le Parisien
« Anne Hidalgo ou quelqu’un d’autre, pour nous, ça n’a pas d’importance. À la campagne, on ne s’intéresse pas trop à la vie des Parisiens, car ils ne s’intéressent pas à nos vies ». Campée devant la gare Montparnasse à Paris avec ses valises, Astrid donne le ton. Cette campagnarde originaire de Dordogne reste dubitative devant l’annonce de la candidature de la maire de Paris pour la course présidentielle. « Ce n’est pas la même vie à Paris que dans le reste de la France », abonde un peu plus loin Arthur, originaire de Bordeaux. Quand certains pointent son bilan « pas très positif » à la tête de Paris , la saleté de la ville ou encore les dernières mesures de restriction de circulation, d’autres saluent au contraire sa politique en matière d’écologie. « Je viens de province mais je suis Paris de loin. Anne Hidalgo a un programme pour la Ville de Paris qui est très progressiste quand on parle d’écologie, surtout par rapport aux transports », estime Pierre. Un point qui, contrairement au vingtenaire, inquiète la Toulousaine Marie-Thérèse. « Le seul problème, c’est la circulation des voitures et le stationnement », confie-t-elle. « L’étiquette de maire de Paris va peser sur Anne Hidalgo, au sens où elle va être qualifiée tout de suite de bobo parisienne qui veut forcer le pays à rouler à vélo, à laisser la voiture. Donc une vision très déconnectée de la réalité des territoires », explique Philippe Moreau Chevrolet. Pour le communicant en politique, Anne Hidalgo doit aller vers « une image à la Jacques Chirac ». L’ancien président a lui aussi été maire de la capitale entre 1977 et 1995, mais avait réussi à gommer son image parisienne pour mettre en avant son histoire corrézienne.
Plus sur

Vidéos à découvrir

Vidéos à découvrir