Recherche
Bibliothèque
Se connecter
Regarder en plein écran
le mois dernier

« Je ne veux pas de funérailles publiques » : ce qu’Alain Delon prévoit pour...

Pause Fun
Pause Fun
« Je ne veux pas de funérailles publiques » : ce qu’Alain Delon prévoit pour ses...
Alain Delon a frôlé la mort en 2019 après avoir été victime d’un AVC. L’acteur, star d’un entretien diffusé sur TV5 Monde, est revenu sur son accident et ses conséquences. Si son heure n’est pas encore arrivée, le héros du Guépard commence à y réfléchir.Alain Delon a fait une sacrée frayeur à ses fans et ses proches en 2019. Quelques semaines seulement après avoir reçu la Palme d’or d’honneur au festival de Cannes, l’acteur était victime d’un AVC : « C’est arrivé comme ça, à 19h20. Je me suis senti mal et je suis parti en ambulance à l’hôpital. Je ne savais pas pourquoi j’étais là, ni ce que j’avais exactement. Ils m’ont couché, et je n’ai rien senti. J’ai su après que j’avais fait un AVC » confie-t-il à Cyril Viguier dans un entretien pour Paris Match. Après un repos bien mérité et surtout indispensable, durant lequel sa compagne Hiromi « a été très présente », Alain Delon a recouvré la santé et l’envie de se dévoiler. Le 1er juillet prochain, il sera la star d’Alain Delon face au monde, un entretien télévisé diffusé sur TV5 Monde. S’il a longtemps été mystérieux, Alain Delon s’est dévoilé au fil des années sur sa carrière, ses amours et ses enfants, avec qui les relations n’ont pas toujours été parfaites. Ce jeudi 17 juin pour Paris Match, il évoque même la mort, qu’il a frôlée il y a deux ans. Et force est de constater qu’il n’en a pas peur.A 85 ans, Alain Delon est même favorable à l’euthanasie : « A partir d’un certain âge, d’un certain moment, on a le droit de choisir de foutre le camp tranquillement, sans passer par les hôpitaux, les piqûres, les machins… Voilà ». Hors de question pour lui de finir sa vie branché à des machines. S’il n’en est pas encore là, Alain Delon ne cache pas penser à la mort. Il a même déjà une petite idée de ce qu’il désire pour ses obsèques.« Je ne veux pas de funérailles publiques. Ça ne m’intéresse pas du tout », explique Alain Delon. Le croyant discret qu’il est n’a pas envie de voir un parterre de monde le pleurer à l’image de l’immense hommage organisé à La Madeleine pour Johnny Hallyday. Il ne sera pas non plus inhumé à l’autre bout du monde. C’est d’ailleurs avec ses chiens, à Douchy où il réside, qu’Alain Delon envisage de reposer après sa mort : « J’ai un tel amour pour mes chiens. Ils sont la moitié de ma vie. Trente-cinq chiens sont enterrés ici, partout, j’ai même une chapelle et je rêve toujours d’être enterré parmi eux ». Reste à savoir si cette dernière volonté pourra être respectée.

Vidéos à découvrir

Vidéos à découvrir