Recherche
Bibliothèque
Se connecter
Regarder en plein écran
il y a 2 mois|4.2K vues

Macron, Le Pen, Bertrand: à quoi ressemblerait leur quinquennat en 2025?

Lopinion.fr
Lopinion.fr
Qui dormira à l’Elysée le 30 avril 2025 ? 

Dans un premier scénario, c’est Emmanuel Macron qui aura toujours les clés de l’Elysée en avril 2025.

Parce qu’il aura réussi l’exploit de se faire réélire, premier Président dans ce cas depuis l’instauration du quinquennat et l’inversion du calendrier. Comment, alors qu’il a dû subir la crise des Gilets jaunes et gérer une crise sanitaire inédite ? 

Comme en 2017, justement, grâce à un nouvel alignement des planètes. Imaginons d’abord que Xavier Bertrand, son principal adversaire, soit battu aux régionales dans les Hauts-de-France. Imaginons qu’Anne Hidalgo, après une contre-performance d’Audrey Pulvar en Île-de-France, renonce à se présenter à l’automne 2021 et que les socialistes décident de se ranger derrière le candidat des Verts. Un candidat radical comme Eric Piolle ou Sandrine Rousseau.

Imaginons qu’Emmanuel Macron, qui présidera l’Union européenne à partir du 22 janvier 2022, en profite pour briller sur la scène internationale tandis que l’Allemagne sera empêtrée dans la constitution de son gouvernement. Imaginons enfin que le programme de relance économique pour la France d’Emmanuel Macron séduise les Français et qu’il retrouve son socle de 2017. 

Alors certes, une fois réélu en 2022, Emmanuel Macron se retrouvera dans une situation inédite. Il n’aura pas le droit de se représenter en 2027, ce sera son second et dernier mandat. Donc autur de lui commencerala bataille de succession. Emmanuel Macron devra éviter que cette bataille le paralyse, l’empêche d’agir, le prive, finalement, d’une partie de son pouvoir. Le meilleur moyen de tenir tout ce petit monde en respect, c’est de donner un rôle à chacun.

Diviser pour mieux régner. Ainsi on peut imaginer Edouard Philippe à la présidence de l’Assemblée, Bruno Le Maire Premier ministre, Gérald Darmanin aux Finances, Valérie Pécresse à la Défense et ainsi de suite. Peu importe la combinaison, l’essentiel est qu’Emmanuel Macron ait les mains libres pour pouvoir enfin mettre en oeuvre le programme de ses réformes. Car il n’aura qu’un seul souci durant ce dernier mandat, c’est celui de la trace qu’il laissera dans l’Histoire.

Le deuxième scénario : une victoire de Xavier Bertrand. Imaginons cette fois que le président sortant des Hauts-de-France soit réélu dans deux mois, que LR organise malgré tout une primaire dont Bruno Retailleau sortirait vainqueur, ce qui entrainerait une fuite des notables, qui vers Emmanuel Macron ? – je pense à Nicolas Sarkozy et à ses amis – qui vers Xavier Bertrand ? 

Imaginons encore qu’Emmanuel Macron, trop confiant, commette des erreurs.

 

Vidéos à découvrir

Vidéos à découvrir